Courrier adressé aux parents d'élèves par Monsieur le Maire, Vincent CLAVIER

Madame, Monsieur,

Vous m’avez interpelé sur les nouvelles dispositions qui ont été adoptées pour la restauration scolaire des élèves des classes de maternelle dans les écoles de la ville. Effectivement, notre nouveau marché de restauration scolaire a été élaboré début 2021 pour y intégrer toutes les nouvelles réglementations, dont la loi EGalim (EGalité alimentaire) et ses principes basés sur une alimentation saine, durable et accessible à tous.

C’est une volonté de la commune, d’une part de répondre à la réglementation en vigueur, mais également de s’inscrire dans un cercle vertueux pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Cela se traduit par l’adoption des notions fortes, établies sur la base d’analyses objectives de nos faiblesses et la recherche de solutions cohérentes et efficaces qui ne soient pas au détriment de la qualité du service.

Ainsi, un gaspillage important de denrées alimentaires a été mis en évidence, principalement dans la restauration scolaire des enfants de maternelle. En effet, avec des repas à 5 composantes, l’entrée ou le plat n’était pas entièrement consommé, cela nous aura conduits à passer la composition des repas de maternelle de 5 à 4 composantes.

Pour davantage de compréhension, un repas à 5 composantes se décline ainsi : une entrée, un plat protidique, un légume ou un féculent, un produit laitier, un dessert. Dans un repas à 4 composantes, l’une des 3 composantes « entrée, produit laitier, dessert » est supprimée. Le principe est donc de proposer moins de plats afin de permettre aux enfants de manger mieux. La formule d’un repas à 4 composantes privilégie la qualité à la quantité. Les enfants ont suffisamment à manger car les quantités – appelées ‘grammages’ – sont prévues et imposées en fonction des besoins des enfants.

Il vaut mieux un repas à 4 composantes bien consommé qu’un repas à 5 composantes partiellement grignoté, d’autant que la qualité des produits est améliorée, l’apport nutritionnel identique et l’équilibre alimentaire préservé.

C’est donc dans un intérêt purement écologique, pour maitriser notre consommation et la production de déchets alimentaires que ce choix a été fait, assortie en parallèle de prescriptions qualitatives et nutritionnelles accrues.

On aurait pu s’attendre à des économies substantielles mais les exigences de ce nouveau marché de restauration auront engendré une augmentation du coût unitaire des repas, tant élémentaire que maternelle.

Ce surcoût sera cependant intégralement supporté par la commune.

Vous comprendrez, j’en suis certain, nos motivations qui n’ont pas vocation à priver vos enfants d’une alimentation saine et équilibrée dans un climat de sérénité et de convivialité, mais bien à répondre à un mal de notre 21ième siècle : le gaspillage et la surconsommation

 

icone pdf Pour télécharger le courrier en version imprimable : courrier restauration scolaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris