Vous êtes ici

Message d'erreur

User warning : The following theme is missing from the file system: basic. For information about how to fix this, see the documentation page. dans _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (ligne 1143 dans /home/dammartiot/www/includes/bootstrap.inc).

Le patrimoine

Téléchargez ici le plan historique "Découverte du patrimoine dammartinois - édition 2015"

La collégiale Notre-Dame

Ancienne chapelle du XIIIème siècle, elle a été reconstruite en 1480 par Antoine de Chabannes. Le nouvel édifice, à deux nefs, fut réaménagé au cours du XVIIIe siècle avec un décor intérieur de qualité exceptionnelle. Le clocher-porche, haut d'une cinquantaine de mètres, fut démoli en 1813 et remplacé en 1863 par le clocher que l'on peut voir aujourd'hui. On peut admirer son portail flamboyant et son maître autel (XVIIe siècle), le mausolée d'Antoine de Chabannes (XVIe siècle et 1904) et la grille en fer forgée de Coquet (1750). La collégiale Notre-Dame est classée monument historique depuis 1934.

L'Église Saint-Jean

Depuis 1095, cette église dépendait d'un prieuré de chanoines réguliers. Ce dernier est érigé en prieuré-cure l'année où Antoine de Chabannes fait édifier le portail vers 1480, portail dont les sculptures retracent la vie de Saint-Jean. Seuls ce portail et une petite portion contiguë (Chapelle Saint-Joseph) subsistent de l'ancienne église. Une partie de l’édifice démoli en 1903, a été reconstruite en brique grâce à Madame Hémar. Achevé en deux ans, l'église a été consacrée par Monseigneur de Brietz Evêque de Meaux, le 14 juillet 1906, date symbolique à l'époque de la séparation de l'Eglise et de l'Etat. 

L'Hôtel de ville et la Halle

L'Hôtel de Ville est doté d'une facade style empire. Dans La Halle qui se trouve derrière la Mairie se tenait au XVIe siècle, un important marché céréalier.

L'esplanade du Château

Quelques pierres et beaucoup de briques, ce sont les restes de cette puissante forteresse entièrement reconstruite par Antoine de Chabannes. Abandonné par les Montmorency, ses acquéreurs, le Château sert dès lors aux Dammartinois comme carrière de pierres. Faute d'un sauvetage efficace, un Maire, Louis, Jean, Hubert Lavollée réussit à acquérir le tout et à y aménager des promenades.

Le musée

Face au portail de la belle Collégiale Notre-Dame, se trouve la chapelle de l’ancien hôpital-hospice de Dammartin-en-Goële, qui abrite maintenant le musée. Lorsqu’en 1967 fut créée la Société d’Histoire et d’Archéologie de la Goële, elle fut hébergée dans la nef de ce sanctuaire désaffecté. Dès lors, une centaine de membres de la S.H.A.G. a œuvré pour fouiller dans l’histoire locale, éditer des bulletins d’information et, bien timidement, pour sauvegarder les souvenirs concrets qui lui ont été confiés, de temps révolus mais attachants. Enfin réunifiée par la récupération du chœur, cette chapelle rassemble aujourd’hui de multiples témoignages du passé de la Goële, depuis l’ère néolithique jusqu’à nos jours, en une charmante pagaille qu’un historien amateur et bavard peut vous faire decouvrir et apprécier. En 1988, la Société d'Histoire et d'Archéologie de la Goële a organisé un colloque pour le 500 ème anniversaire de la mort d'Antoine de Chabannes (Comte de Dammartin 1408/1488), auquel ont participé de nombreux chercheurs et des membres de la famille Chabannes. 

La Société d'Histoire et d'Archéologie de la Goële a le plaisir d'annoncer qu'une nouvelle édition des actes du colloque vient de paraître. Disponible sur place au musée, tarif : 15 euros La Société d'Histoire et d'Archéologie de la Goële, qui gère le musée, assure une permanence le 1er et le 3ème samedis de chaque mois de 14h30 à 17h30, sauf les jours fériés.