Vous êtes ici

Message d'erreur

User warning : The following theme is missing from the file system: basic. For information about how to fix this, see the documentation page. dans _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (ligne 1143 dans /home/dammartiot/www/includes/bootstrap.inc).

DES CIRCUITS POUR DÉCOUVRIR LA VILLE

 
Parcours de randonnée pédestre
 
     
 
Situé sur une des grandes routes du sacre, menant de Paris à Reims, le bourg de Dammartin voyait un important trafic de voyageurs et comptait 70 hostelleries à la Révolution.Des personnages célèbres comme Jeanne d’ Arc, Henri IV, Turenne, Condé, Victor Hugo, Gérard de Nerval, Racine, et bien d’autres y sont passés ou y ont séjourné.
Nous vous proposons deux circuits de découverte de la ville, de parcours à travers nos patrimoines bâti, culturel et naturel.
 
Télécharger le circuit sud (1,5 km) | Télécharger le circuit nord (4,5 km)
Petit parcours sur le versant sud (1,5 km)
 
 Carte du circuit versant sud
 
Départ Parc de la Corbie, prendre la rue de la Justice jusqu’au feu tricolore.
Traverser et prendre en face la ruelle des Filoirs.
Laisser sur la gauche la rue des Oulches (vieux nom celtique qui signifie petit jardin).
 
 
1 - Ruelle des Filoirs Anciennement rue des « filouers », nom des machines à filer le chanvre qui étaient installées dans ce lieu.Après avoir tourné à gauche, on peut admirer la magnifique vue sur les coteaux sud de Dammartin. Ces coteaux ont vu les vergers et les cultures maraîchères supplanter les vignes détruites par le phylloxéra en 1860.
 
Le journal municipal de l’époque s’appelait d’ailleurs « Le petit Sacarot » qui signifie petit maraîcher.
Panorama du circuit du versant sud
Panorama du circuit
 
2 - Rue Victor-Offroy (1799-1876) conseiller municipal et maire adjoint de Dammartin, auteur d’un ouvrage sur l’histoire de Dammartin.
 
Le bâtiment que vous pouvez voir au n°5 fut utilisé comme préventorium de 1922 à 1960. Il recevait les enfants de santé fragile qui venaient à la campagne respirer le grand air.
 
Prendre à gauche la ruelle Saint-Leu qui doit son nom à une chapelle dédiée à Saint-Leu (protection contre les crises d’épilepsie). C’est ici qu’était installé l’ancien four banal où les Dammartinois fait cuire leur pain.
 
3 - Rue Letessier – bienfaiteur de la ville à la fin du XIXème siècle –Prendre cette rue pour rejoindre la rue de Meaux qui, au XVIIème siècle, s’appelait rue des bois et aboutissait à une des portes du bourg appelée « porte de Meaux ».Tourner à gauche dans la ruelle du Colombier, traverser la rue du général de Gaulle.
 
En face, se trouve une borne de lieue datant de la fin du XVIIIème siècle, malgré l’érosion dûe à l’âge et les burins des révolutionnaires, on peut encore distinguer une fleur de lys, symbole de l’ancien régime.
Esplanade du Château4 - Esplanade du Château
Prendre à droite jusqu’à la place Foch, et faire le tour de l’esplanade.
 
Du château, il ne reste aucun vestige. Il fut construit sous Hugues Capet en 990, incendié vers 1230 et reconstruit en briques par Antoine de Chabannes en 1645. Ce fut l’un des plus considérables châteaux forts de France avec des remparts de 18m de haut, 8m d’épaisseur et des fossés larges de 20m qui formaient tout autour un cercle de 1km.
 
Prendre la rue Dussolié pour rejoindre la place Pathus Labour.
Place Pathus-Labour5 - Place Pathus Labour
 
Sur cette place, anciennement place du Bourg, se réunissaient forains, charlatans et vendeurs de « drogues » (médicaments à l’époque).C’était aussi le lieu d’exécution des condamnés à mort.Près de la Collégiale Notre dame, regarder la pierre très érodée provenant du château. Elle représente les armes de Henri de Montmorency comte de Dammartin (1534-1614).
 
Sur le mur de la collégiale, une plaque nous indique que le clocher a servi pour l’établissement du mètre étalon en 1792.
 
La collégiale Notre Dame (ouverte occasionnellement) est classée monument historique. A l’intérieur, se trouve le tombeau d’Antoine de Chabannes et une grille en fer forgé réalisée par le serrurier Dammartinois Antoine Coquet en 1750 .En quittant la collégiale, découvrir devant le musée d’Histoire et d’Archéologie une statue de Saint Jacques datant du XIVème siècle. Cette statue fait partie des innombrables jalons de l’un des chemins de Compostelle.
 
Une deuxième borne de lieue se trouve à côté.
 
4 - Hôtel de ville Repartir par la rue Notre Dame et rejoindre l’Hôtel de Ville du XIXème siècle.Faire le tour et passer devant l’ancienne halle au blé datant du XVème siècle et qui centralisait un important marché céréalier au XVIème siècle.
 
Faça de l'église Saint-Jean7 - Eglise Saint-Jean Continuer la rue du Général de Gaulle jusqu’à l’église Saint Jean, le portail est classé monument historique.Ce portail retrace la vie de Saint Jean Baptiste et fut érigé par Antoine de Chabannes en 1482.
 
Traverser la Place des Prieurs et retourner vers le parc de la Corbie.
 
Grand parcours sur le versant nord (4,5 km)
Carte du circuit sur le versant nord
 
Départ Parc de la Corbie, remonter la rue Eugène Hémar et descendre le chemin du Petit Puits, prendre l’avenue de Montmorency jusqu’au feu tricolore.Continuer en face par l’avenue Antoine de Chabannes, et entrer dans le Verger de la Thuilerie.
 
1 - Verger de la Thuilerie Le nom de la Thuilerie provient de la fabrique de tuiles et de briques qui y fut installés par Antoine de Chabannes en 1465 pour la reconstruction du château. Continuer la rue du Drap d’Or, après avoir laissé la place Olivier de Serre sur votre gauche en prendre une petite sente à droite au n°40 qui mène à la rue de la Belle Angevine.Prendre cette rue à gauche et par la rue des Griottes à droite, rejoindre le groupe scolaire du Verger de la Thuileie.Monter le chemin dans le Parc municipal Patrick Le Dû, à mi-parcours, longer à droite le petit étang pour rejoindre la place des Louise Bonne et le chemin des Postes. Prendre l’avenue de la Thuilerie pour rejoindre la place Foch.
 
2 - Esplanade du Château Depuis la place Foch, faire le tour de l’esplanade, passer devant le pas de tir de la compagnie d’arc et revenir place Foch.
 
Du château, il ne reste aucun vestige, il fut construit sous Hugues Capet en 990, incendié vers 1230 et reconstruit en briques par Antoine de Chabannes en 1645. Il fut l’un des plus considérables châteaux forts de France avec des remparts de 18m de haut, 8m d’épaisseur et des fossés larges de 20m qui formaient tout autour un cercle de 1km.
 
Depuis la place Foch, prendre la rue du Général de Gaulle. En face de la pharmacie se trouve une borne de lieue datant de la fin du XVIIème siècle. Malgré l’érosion dûe à l’âge et les burins des révolutionnaires, on peut encore distinguer une fleur de lys, symbole de l’ancien régime.
 
Place Pathus-Labour3 - Place Pathus Labour
 
Sur cette place, anciennement place du Bourg, se réunissaient forains, charlatans et vendeurs de « drogues » (médicaments à l’époque).C’était aussi le lieu d’exécution des condamnés à mort.Près de la Collégiale Notre dame, regarder la pierre très érodée provenant du château. Elle représente les armes de Henri de Montmorency comte de Dammartin (1534-1614).Sur le mur de la collégiale, une plaque nous indique que le clocher a servi pour l’établissement du mètre étalon en 1792.La collégiale Notre Dame (ouverte occasionnellement) est classée monument historique. A l’intérieur, se trouve le tombeau d’Antoine de Chabannes et une grille en fer forgé réalisée par le serrurier Dammartinois Antoine Coquet en 1750 .En quittant la collégiale, découvrir devant le musée d’Histoire et d’Archéologie une statue de Saint Jacques datant du XIVème siècle. Cette statue fait partie des innombrables jalons de l’un des chemins de Compostelle.
 
Une deuxième borne de lieue se trouve à côté.
 
Hôtel de Ville4 - Hôtel de ville Repartir par la rue Notre Dame et rejoindre l’Hôtel de Ville du XIXème siècle.Faire le tour et passer devant l’ancienne halle au blé datant du XVème siècle et qui centralisait un important marché céréalier au XVIème siècle.
 
5 - Eglise Saint-Jean Continuer la rue du Général de Gaulle jusqu’à l’église Saint Jean, le portail est classé monument historique.Ce portail retrace la vie de Saint Jean-Baptiste et fut érigé par Antoine de Chabannes en 1482.
 
Traverser la Place des Prieurs et retourner vers le parc de la Corbie.