Vous êtes ici

Message d'erreur

User warning : The following theme is missing from the file system: basic. For information about how to fix this, see the documentation page. dans _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (ligne 1143 dans /home/dammartiot/www/includes/bootstrap.inc).

 Actualités.

Cliquez sur l'image ci-dessus pour découvrir vos rendez-vous culturels de février à juillet 2017.


Culture & patrimoine

La ville est édifiée au sommet de l'une des buttes témoins limitant au Nord le bassin parisien.

L'abondance des sources et des puits explique une occupation humaine précoce attestée sur le flanc côté Ouest par un abondant mobilier néolithique et gallo romain.

La face Nord, plus abrupte, est organisée en site défensif.

Selon la chronique, Jules César y aurait construit une tour. La christianisation serait l'œuvre de Martin de Tours, Dom Martin, lors de son passage vers 380. Une forteresse existe déjà vers 632 mais le premier comte de Dammartin connu est Manassès, décédé en 1037.

Le bourg suit, autour du château, la destinée du Comté et vit une période faste après le mariage, en 1439, de Marguerite de Nanteuil avec Antoine de Chabannes, capitaine des Ecorcheurs, compagnon de Jeanne d'Arc, tantôt embastillé et tantôt l'un des principaux personnages du royaume.

Il rénove le château et construit la collégiale. Après son décès en 1488, plusieurs successions puis un procès épineux, la ville et son Comté sont acquis en 1554 par le connétable Anne de Montmorency, auquel par alliance, succèdent les Bourbon-Condé.

Le site est alors négligé au profit de résidences plus agréables d'Ecouen et de Chantilly. La Révolution achève le démantèlement du château, utilisé comme carrière de pierres.

En 1792, Jean Baptiste Delambre choisit le clocher de la collégiale comme sommet de son travail géodésique qui devait le mener à mesurer un arc de méridien et à définir la longueur du mètre. Le bourg survit grâce à sa situation de ville étape, sur l'une des anciennes routes du sacre, avec une activité hôtelière intense. Les zones de fertilité et d'ensoleillement favorables sont vouées à la viticulture jusqu'à la destruction des vignes par le phylloxéra en 1860.

Celles-ci sont alors remplacées par des vergers et des cultures maraîchères. L'ouverture au XIXe siècle du chemin de fer Paris-Soissons provoque l'asphyxie économique du bourg. La création en 1974 de l'Aéroport de Roissy relance la dynamique de la ville.